Pour accompagner le retour du printemps, voici quelques nouveautĂ©s disponibles dans votre mĂ©diathĂšque prĂ©fĂ©rĂ©e 😉.

Bonne lecture Ă  tous !

******

Vivre vite de GIRAUD Brigitte

En un rĂ©cit tendu qui agit comme un vĂ©ritable compte Ă  rebours, Brigitte Giraud tente de comprendre ce qui a conduit Ă  l’accident de moto qui a coĂ»tĂ© la vie Ă  son mari le 22 juin 1999. Vingt ans aprĂšs, elle fait pour ainsi dire le tour du propriĂ©taire et sonde une derniĂšre fois les questions restĂ©es sans rĂ©ponse. Hasard, destin, coĂŻncidences ? Elle revient sur ces journĂ©es qui s’Ă©taient emballĂ©es en une suite de dĂ©rĂšglements imprĂ©visibles jusqu’Ă  produire l’inĂ©luctable. À ce point Ă©lectrisĂ© par la perspective du dĂ©mĂ©nagement, Ă  ce point pressĂ© de commencer les travaux de rĂ©novation, le couple en avait oubliĂ© que vivre Ă©tait dangereux. Brigitte Giraud mĂšne l’enquĂȘte et met en scĂšne la vie de Claude, et la leur, miraculeusement ranimĂ©es.

Asphyxie de McCULLOCH Amy

Il y a un tueur dans la montagne. Vous ĂȘtes sa prochaine cible.
Une lĂ©gende vivante de l’alpinisme.
Une journaliste prĂȘte Ă  tout pour l’interviewer.
L’ombre d’un tueur.
Un ultime sommet Ă  gravir.

La constance du prédateur de CHATTAM Maxime

Ils l’ont surnommĂ© Charon, le passeur des morts. De son mode opĂ©ratoire, on ignore tout, sauf sa signature, singuliĂšre : une tĂȘte d’oiseau. Il n’a jamais Ă©tĂ© arrĂȘtĂ©, jamais identifiĂ©, malgrĂ© le nombre considĂ©rable de victimes qu’il a laissĂ©es derriĂšre lui. Jusqu’Ă  ce que ses crimes resurgissent du passĂ©, dans les profondeurs d’une mine abandonnĂ©e…Plongez avec Ludivine Vancker dans le DĂ©partement des Sciences du Comportement, les profilers, jusque dans l’Ăąme d’un monstre.

Cher connard de DESPENTES Virginie

Roman Ă©pistolaire entre Rebecca, une
actrice quinquagénaire séduisante, Oscar,
un Ă©crivain trentenaire peu connu victime
du syndrome de la page blanche et Zoé,
une jeune féministe accro aux réseaux
sociaux. Ces trois individus Ă  la
personnalité abrupte, tourmentés par leurs
angoisses, leurs névroses et leurs
addictions, sont amenés à baisser les
armes quand l’amitiĂ© leur tombe dessus.

La petite menteuse de ROBERT-DIARD
Pascale

A 15 ans, Alice inquiĂšte ses proches en
raison de son humeur sombre. Elle avoue
avoir été abusée plusieurs fois. Les
soupçons se portent sur Marco, un ouvrier
instable. Il est condamné à dix ans de
prison. Devenue majeure, Lisa contacte
Alice, une avocate, pour le procĂšs en
appel. Cette derniĂšre accepte de la
défendre en dépit de ses mensonges.

Sa préférée de JOLLIEN-FARDEL Sarah

Dans un village des montagnes valaisannes,
Jeanne grandit en apprenant Ă  Ă©viter et Ă 
anticiper la violence de son pĂšre. Sa mĂšre et
sa sƓur aĂźnĂ©e semblent rĂ©signĂ©es tandis que
les proches se taisent. AprĂšs le suicide de sa
sƓur, Jeanne, devenue institutrice, s’installe Ă 
Lausanne. Peu Ă  peu, elle se construit, s’ouvre
aux autres et s’autorise Ă  tomber amoureuse.

L’archipel des oubliĂ©s de BEUGLET
Nicolas

Les inspectrices Grace Campbell et
Sarah Geringën le savent. Malgré
leurs caractÚres opposés, elles
doivent unir leurs forces pour
neutraliser l’« homme sans visage »,
l’architecte du plan diabolique qui
mĂšnera l’humanitĂ© Ă  sa perte. Seule
piste : un manoir égaré dans les
brumes d’Écosse. DerriĂšre les volets
clos de la demeure, l’ombre d’une
jeune veuve austĂšre Mais cette
femme est-elle vraiment ce qu’elle
prĂ©tend ĂȘtre?

Blanc de TESSON Sylvain

Avec mon ami le guide de haute
montagne Daniel du Lac, je suis parti
de Menton au bord de la Méditerranée
pour traverser les Alpes Ă  ski, jusqu’Ă 
Trieste, en passant par l’Italie, la
Suisse, l’Autriche et la SlovĂ©nie. De
2018 Ă  2021, Ă  la fin de l’hiver, nous
nous Ă©levions dans la neige. Le ciel
Ă©tait vierge, le monde sans contours,
seul l’effort dĂ©comptait les jours. Je
croyais m’aventurer dans la beautĂ©, je
me diluais dans une substance. Dans
le Blanc tout s’annule – espoirs et
regrets. Pourquoi ai-je tant aimé errer
dans la pureté ?

Que reviennent ceux qui sont loin de ADRIAN
Pierre

«Là, sur la route de la mer, aprÚs le portail
blanc, dissimulées derriÚre les haies de
troĂšnes, les tilleuls et les hortensias, se
trouvaient les vacances en Bretagne. Août
Ă©tait le mois qui ressemblait le plus Ă  la
vie.» AprĂšs de longues annĂ©es d’absence,
un jeune homme retourne dans la grande
maison familiale. Dans ce décor de
toujours, au contact d’un petit cousin qui
lui ressemble, entre les aprĂšs-midi Ă  la
plage et les fĂȘtes sur le port, il mesure
avec mélancolie le temps qui a passé.
Chronique d’un Ă©tĂ© en pente douce qui
commence dans la belle lumiĂšre d’aoĂ»t
pour finir dans l’obscuritĂ©, ce roman
évoque avec beaucoup de délicatesse la
bascule de l’enfance Ă  l’Ăąge adulte.

Catégories : MédiathÚque